REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

C’est toujours un plaisir d’être invitée par nos amis de l’ANCDB et de retrouver l’équipe de la MGC cœur autour de leur chaleureux président Jean-Marie Kron. J’ai pris la parole pour remercier les équipes d’être des ambassadeurs du don d’organes.

Ludivine Fournier

Un petit tour de Ludivine Fournier aux assises de la SFT sur le thème des Infirmiers en Pratique Avancée (IPA), le temps de croiser quelques têtes connues de la Course du Cœur... 

L’IPA exercera dans une forme innovante de travail interprofessionnel. En acquérant des compétences relevant du champ médical, il/elle suivra des patients qui lui auront été confiés par un médecin, avec son accord et celui des patients. Il verra régulièrement ceux-ci pour le suivi de leurs pathologies, en fonction des conditions prévues par l’équipe.

L’IPA discutera du cas des patients lors des temps d’échange, de coordination et de concertation réguliers organisés avec l’équipe. Il/elle reviendra vers le médecin lorsque les limites de son champ de compétences seront atteintes ou que sera identifiée une dégradation de l’état de santé d’un patient.

3 domaines d’intervention sont définis dans un 1er temps :

  • les pathologies chroniques stabilisées et les poly-pathologies courantes en soins primaires 
  • l’oncologie et l’hémato-oncologie 
  • la maladie rénale chronique, la dialyse, la transplantation rénale.

Info : https://solidarites-sante.gouv.fr

Ludivine Fournier était invitée par le CHU de Reims, à participer à une table ronde autour du sujet "l'expérience patient dans l'hôpital de demain". En effet, le CHU de Reims, dans le cadre de la reconstruction de son nouvel hôpital, souhaite placer le patient au centre de son projet architectural et de son projet d'établissement. Notre vice-présidente a pu livrer son point de vue à travers sa propre expérience et donner des idées sur la relation patients-soignants qu'elle considère comme étant l'une des clés de la guérison.

Une conférence « le don d’organes et de tissus : une nécessité ? » du professeur Bruno Hurault de Ligny, ancien chef de service de néphrologie et de transplantation rénale au CHU de Caen en présence de Maxime Beaussire, boxeur normand professionnel et parrain de l'ASAT(Association Sportive des Agents Territoriaux) et de membres de l'ASAT pour soutenir le don d'organes : la conférence a eu lieu le lundi 7 octobre 2019.

Objectifs 2021 : 7800 greffes

2018 : 5781 greffes, un chiffre qui s'explique notamment par une baisse de la traumatologie routière et des AVC grâce au progrès de la neuro-réanimation.

La pente observée depuis quelques années aurait pourtant permis l'atteinte de l'objectif en 2021. Pour cela, l'ABM propose de renforcer le don du vivant et de promouvoir le Maastricht 3 auprès des établissements hospitaliers. 

Le professeur Bastien rappelle que les objectifs de dons de cornée n'ont pas été satisfait en 2019.

En 2019, une aide exceptionnelle de 2 millions d'euros a été attribuée pour relancer le plan greffe.

C’est dans les locaux de l’INSEP (Paris), qu’a eu lieu le séminaire annuel de Trans-Forme, les 16 et 17 novembre 2019 derniers.

Étaient présents, les animateurs de secteur, quelques correspondants régionaux et départementaux, des membres du Conseil d’Administration et les salariés de Trans-Forme : une vingtaine de membres étaient donc réunis.

Ce week-end nous a permis d’échanger sur des thématiques particulières telles que les chiffres 2018 sur le don d’organes présentés par le Dr Patrice Guerrini, les évènements organisés en région, le comité pédiatrique, la recherche de fonds, etc.

Un dîner dans un restaurant de Saint Maurice le samedi soir a clos la première journée riche en informations et en échanges !

À l’heure où tout le monde parle de sport-santé, des bienfaits de l’activité physique pour les maladies chroniques, du sport sur ordonnance, des chèques santé… Olivier Coustere sourit. Cela fait plus de 30 ans que l’on démontre et prône les bienfaits de la pratique physique et sportive pour les transplantés et les dialysés, et que la pratique d’une activité physique est un premier pas vers une vie « normale » et une qualité de vie retrouvée.

Par CLARISSE NÉNARD